Sunday, November 18, 2018
Home Culture À Hong Kong, le géant littéraire Jin Yong s’est éteint

À Hong Kong, le géant littéraire Jin Yong s’est éteint

0
27
À Hong Kong, le géant littéraire Jin Yong s’est éteint

Il avait inspiré toute une culture populaire, ici des adaptations en films ou séries, là en jeux vidéo. Jin Yong, de son vrai nom Cha Liangyong, et connu sous celui de Louis Cha, est décédé à l’âge de 94 ans, fait savoir le Guardian. L’auteur était adulé pour ses romans du genre wuxia [cape et épée], comme La Légende du héros chasseur d’aigles (Librairie You Feng, 2004). Les cadres épiques de la Chine ancienne peuplés de héros maîtres du kung-fu avaient séduit tous les Chinois avides de littérature de genre. Un nombre considérable de lecteurs saluent sa mémoire sur les réseaux sociaux, en particulier sur Weibo. “À Xiangyang, une ville du centre de la Chine souvent représentée dans l’œuvre de Cha, les habitants ont organisé une veillée funéraire sur les vieux murs de la ville”, relève le quotidien britannique.

Un homme de lettres et un homme de presse

Au-delà de sa riche bibliographie, Louis Cha est un nom célèbre dans la presse sinophone. “Cofondateur du Ming Pao, l’un des plus importants journaux indépendants de Hong Kong, rappelle le Guardian, il critiquait souvent les excès du Parti communiste.” Il avait par ailleurs confié au New Yorker, en 2014 seulement, qu’une lecture allégorique de son œuvre était possible après avoir préféré refuser “toute interprétation politique de ses romans pendant des années”.

Comme le reste de la presse hongkongaise et taïwanaise, le journal Ming Pao consacre sa une à la mémoire de son cofondateur, titrant : “Le maître de cape et d’épée s’en va en souriant, sa légende restera”. Dans un discours de 2005 repris par le Guardian, Louis Cha évoquait la question de sa postérité :

Il ne m’importe pas de devenir une figure historique. Tout ce que je souhaite c’est qu’après cent ou deux cents ans, il y ait encore des personnes qui lisent mes livres.”

Translate »