Wednesday, November 21, 2018
Home Economie Au Royaume-Uni, les rues commerçantes agonisent

Au Royaume-Uni, les rues commerçantes agonisent

0
123
Au Royaume-Uni, les rues commerçantes agonisent

“Sauvez nos commerces !” Le Daily Mail et le Daily Mirror poussent un cri du cœur. Les deux tabloïds, respectivement conservateur et classé à gauche, ont lancé lundi 2 juillet une campagne sur le même sujet : le déclin des grandes enseignes britanniques. Et par extension des centres-villes, vidés par les fermetures de magasins.

“Ces derniers mois, la vague de fermetures a frappé des enseignes célèbres dont House of Fraser – où 6 000 emplois sont menacés – et Poundworld, qui a déposé le bilan et pourrait supprimer 5 100 postes de travail, liste le premier. Toys’R’Us est en crise, et des chaînes de restaurants telles que celle du chef Jamie Oliver ont fermé des établissements et laissé des centaines de travailleurs sur le carreau.”

Au total, 50 000 emplois ont été ou vont être détruits dans le secteur cette année, s’insurge le Daily Mail. Et le second de s’indigner : “Pouvons-nous nous permettre de perdre presque 1 million d’emplois dans les magasins d’ici à 2025, comme cela a été annoncé ?”

Un effet domino

Les difficultés concernent de nombreuses entreprises, y compris les plus appréciées des Britanniques, comme Marks & Spencer, qui a annoncé la fermeture de 100 magasins d’ici à 2022, en mai dernier. Dans certaines villes, la cessation d’activité d’une branche de M & S entraîne parfois un cruel effet domino sur les boutiques alentours. À Aldershot, ville de 35 000 habitants du sud de l’Angleterre, “sur cent mètres à partir de l’entrée de M & S sur High Street, on parcourt un cimetière du commerce britannique”, raconte The Guardian.

Les causes du déclin de ces grands groupes sont multiples. En premier lieu, on retrouve “la baisse des dépenses des ménages, le développement du commerce sur Internet et l’augmentation des loyers”, détaille le quotidien. “Les commerces physiques sont trop taxés et dépensent beaucoup trop en loyers pour pouvoir rester à flot et affronter les forces couplées de l’e-commerce et des législations locales”, acquiesce le Daily Telegraph.

Selon le Bureau de la statistique nationale, alors que le volume des ventes au détail a augmenté de 1,4 % en 2017, celui des ventes en ligne a progressé de 12,1 %. Dans le même temps, complète le Financial Times, “une étude d’Altus Group, une entreprise spécialisée dans l’immobilier commercial, a montré qu’en Angleterre et au Pays de Galles les dépenses engagées par les grands magasins pour leurs locaux avaient augmenté de 26,6 % par rapport à l’année dernière. Pour les plus vastes, l’augmentation a été de 10,8 % en moyenne.”

Taxer l’e-commerce et repenser les centres-villes

La première mesure pour enrayer cette tendance de fond, estime le Daily Mirror, consiste à rétablir une certaine équité. “Le gouvernement doit comprendre qu’appliquer des fiscalités différentes est dangereux. Il taxe la part de plus en plus mince du commerce physique, mais pas celle de plus en plus grosse du commerce en ligne. Il fait fausse route. La solution est simple : faire payer les géants de l’e-commerce, qui sont à l’heure actuelle très peu taxés au Royaume-Uni.​”

Le quotidien se tourne aussi vers la Belgique, où la ville de Roulers est parvenue, en cinq ans, à redonner vie à son centre-ville. “La municipalité a élaboré un plan ambitieux pour transformer le centre-ville : il comprend l’aménagement d’une nouvelle place principale en incluant une bibliothèque, la refonte des principales rues commerçantes, la création d’un espace vert et la rénovation du quartier autour de la gare ferroviaire.”

Moins de voitures, du Wi-Fi gratuit, la bourgade flamande fait figure de modèle, “pour donner envie aux gens de venir et de rester dans le centre-ville”. D’autant que les autorités locales se sont inspirées d’un rapport rédigé par un homme d’affaires britannique. Mais, comme le fait remarquer le Daily Mirror, ironique : “Au Royaume-Uni, ses suggestions ont été largement ignorées.”

Sasha Mitchell
Translate »