Les habitants de Mweka et ceux de Luebo refusent de se séparer de Kananga

Promulguée le lundi 2 mars dernier par le chef de l’Etat, la loi de programmation déterminant les modalités d’installation des nouvelles provinces est diversement appréciée par les Congolais.

Si elle a été saluée par les acteurs politiques en Ituri, en Province Orientale, comme par des jeunes à Mbandaka (Equateur), cela n’est pas le cas dans toute la province du Kasaï occidental.

D’après les informations en provenance de cette partie du pays, il semble que ca chauffe déjà à Mweka, où la population ne veut pas se séparer de Kananga.

En effet, notre source indique que les ressortissants de ce territoire agricole et fief du vice Premier ministre et ministre de l’intérieur, Evariste Boshab, ont marché pour protester contre le découpage de leur province.

A leur tête le sénateur Mbweshi, de la tribu Kete de Bulape et originaire du même territoire, attestant qu’ils ne veulent pas la séparation avec Kananga. Une pétition est en circulation à Mweka, à l’initiative de ce parlementaire, en vue de récolter les signatures contre ce découpage.

270km pour se rendre à Tshikapa

Ils refusent de faire 270km pour se rendre à Tshikapa, en traversant deux grandes rivières qui sont Kasaï et Lulua du fait que cette ville diamantifère est pressentie comme chef-lieu de la nouvelle province du Kasaï. Les ressortissants de Mweka tiennent à leur attachement à Kananga (Luluabourg).

Par ailleurs à Luebo, ancien chef-lieu du District du Kasaï, les habitants de ce coin riche en diamant de luxe ont manifesté pour désapprouver la nouvelle province du Kasaï. Luebo demeure parmi les territoires coupés de Kananga. Les habitants de ce coin réclament un référendum pour déterminer si ce type de découpage peut s’effectuer.

L’installation des nouvelles provinces risque de faire basculer le pays dans une crise, au regard des réactions sur terrain depuis la promulgation de cette loi par le Chef de l’Etat.

» C’est un piège relancé, pour enfoncer d’avantage le pays et permettre sa balkanisation. Pourquoi un tel projet et pourquoi mettre à exécution ce projet seulement maintenant et à quelques mois de la fin de mandat Joseph Kabila ? « , pense un observateur.

Population opposée au nouveau découpage territorial

A Dekese, la situation est toujours la même, la population s’oppose au nouveau découpage territorial.

Les vieux démons Unité Kasaienne Lulua sont de retour au Kasaï Occidental depuis la publication du gouvernement Matata II, où on déplore la division entre partisans de l’Unité kasaienne et Lulua.

Car, le Vice Ppremier ministre en charge de l’Intérieur et Sécurité, Evariste Boshab, et le ministre de l’EPSP Maker Mwangu appartiennent tous deux à la future province du Kasaï qui comprendra les territoires de Dekese, Ilebo, Mweka, Luebo, Tshikapa territoire et ville.

De quoi frustrer les ressortissants de la future province du Kasaï Central qui comprendra les territoires de Kazumba, Dibaya, Luiza, Dimbelenge, Demba et la ville de Kananga.

Les ressortissants du Kasaï central ne se reconnaissent pas en Boshab et Maker Mwangu. Avec ce découpage, il y a crainte que Kinshasa positionne ces pions à la tête de ces futures provinces.