Friday, February 22, 2019
Home Economie Économie. Donald Trump veut un “faucon” pour diriger la Banque mondiale

Économie. Donald Trump veut un “faucon” pour diriger la Banque mondiale

0
27
Économie. Donald Trump veut un “faucon” pour diriger la Banque mondiale

David Malpass nouveau président de la Banque mondiale ? Le nom de ce haut fonctionnaire américain de 62 ans revient avec insistance pour remplacer son compatriote Jim Yong Kim, démissionnaire bien avant la fin de son deuxième mandat. La course sera officiellement ouverte jeudi [7 février], et tous les candidats auront jusqu’au 12 mars pour entrer en lice.

Mais pour la presse économique américaine et européenne, les dés sont jetés. Proche du président américain Donald Trump, David Malpass devrait l’emporter et diriger une organisation qui compte 189 États membres, 10 000 collaborateurs, et qui finance des projets de développement par le biais de prêts à faibles taux d’intérêt.

Un faucon de l’administration Trump

Le candidat américain, ancien chef économiste de la banque d’affaires Bear Stearns, disparue en 2008, n’est pas un inconnu dans les milieux du développement. Chargé des affaires internationales au sein du département du Trésor, il connaît la Banque mondiale comme d’autres institutions internationales dont il est très critique. En 2017, il avait, devant un comité du Congrès, affirmé :

La mondialisation et le multilatéralisme sont allés substantiellement trop loin. Les institutions internationales gaspillent trop d’argent. Elles ne sont pas efficaces et sont souvent corrompues dans leurs pratiques des prêts. En fin de compte, elles n’apportent pas de bénéfices aux populations qu’elles sont censées aider.”

“David Malpass est clairement l’un des faucons de l’administration Trump, commente Pierre Pénet, économiste et chercheur à l’Institut d’histoire économique Paul Bairoch de l’université de Genève. Il ne fait même pas l’unanimité aux États-Unis à cause de ses idées conservatrices, notamment antichinoises.” Washington voudrait que la Banque mondiale cesse désormais de financer des projets en Chine.

Selon Pierre Pénet, les États européens qui, ensemble, forment le deuxième plus grand actionnaire de la Banque mondiale, pourraient barrer la route au candidat américain. “Pour autant qu’ils prennent le risque de ne plus pouvoir placer un ressortissant européen à la tête du Fonds monétaire international (FMI)”, avance-t-il. Depuis la création des institutions de Bretton Woods en 1944, c’est en effet toujours un Américain qui a dirigé la Banque mondiale et un Européen le FMI, selon un vieil arrangement tacite entre les deux grandes puissances transatlantiques.

Trouver un candidat de compromis

Pierre Pénet n’exclut toutefois pas que les Européens rejettent le choix américain, ce qui obligerait Washington à trouver un candidat de compromis. “Un ressortissant d’un pays émergent ami des États-Unis, par exemple”, spécule-t-il.

“Les jeux ne sont pas faits en faveur de David Malpass, tempère Gilles Carbonnier, professeur à l’Institut de hautes études internationales et du développement, à Genève. N’oublions pas qu’en 2014, le candidat américain Kim avait fait face à la Nigériane Ngozi Okonjo-Iweala qui, elle, était soutenue par les pays émergents.” Il rappelle que les États-Unis, malgré leur puissance économique, ne parviennent pas toujours à imposer leur volonté aux institutions internationales. L’an dernier, leur candidat à la direction de l’Organisation internationale des migrations (OIM), sise à Genève, avait été éliminé au premier tour par son concurrent portugais [António Vitorino].

À Londres, Luiz Vieira, coordinateur du Bretton Woods Project, une sorte de chien de garde des activités du FMI et de la Banque mondiale, se veut réaliste. “Les États-Unis, qui sont actionnaires majoritaires de la Banque mondiale, imposeront leur candidat comme ils l’ont toujours fait depuis sa création, relève-t-il. D’autant plus qu’ils sont toujours soutenus par leurs alliés européens qui tiennent également à leur privilège de nommer un des leurs à la tête du FMI.”

Pour notre part, nous continuerons à dénoncer la procédure illégitime de nominations qui exclut les pays émergents.”

Selon Luiz Vieira, cette exclusion a conduit la Chine et ses partenaires à créer la Banque asiatique d’investissement dans les infrastructures [en 2014], ainsi que la Banque de développement de Chine [en 1994] comme une source de financement alternative à la Banque mondiale.

Ram Etwareea
Lire l’article original
Translate »