Wednesday, July 18, 2018
Home Economie En Éthiopie, le train de la colère

En Éthiopie, le train de la colère

0
21
En Éthiopie, le train de la colère

“Ils nous avaient promis qu’on trouverait du travail là-bas”, raconte Tadele en montrant l’édifice majestueux, presque baroque, au pied de la colline. La nouvelle gare d’Adama, toute de briques jaune doré dans la lumière de l’après-midi, reste un espoir pour cet homme de 43 ans qui vit dans un village la surplombant. Mais ces promesses ont perdu une bonne part de leur éclat.

Tadele a bien travaillé pour la société chinoise qui a construit la nouvelle ligne de chemin de fer, mais ça s’est mal terminé : il s’est fait licencier au bout de six mois, pour des motifs qu’il conteste.

Aujourd’hui, comme beaucoup d’autres dans son village et dans les petites communes bordant la ligne ferroviaire qui relie la capitale éthiopienne Addis-Abeba à Djibouti, tout petit État voisin dont la capitale du même nom donne sur la mer Rouge, Tadele est agacé, impatient… et sans emploi.

La nouvelle ligne éthiopienne, 750 kilomètres et 2,5 milliards de livres de travaux [2,8 milliards d’euros], est entrée en service au début de l’année, devenant ainsi la première liaison ferroviaire transfrontalière entièrement électrifiée d’Afrique. Construite et financée par des sociétés et des investisseurs chinois, elle est venue se substituer au premier chemin de fer djibouto-éthiopien construit [

[…]

Translate »