Guinée-Bissau : l’ex-Premier ministre Domingos Simões Pereira candidat du PAIGC à la présidentielle

0
26
guinee-bissau-:-l’ex-premier-ministre-domingos-simoes-pereira-candidat-du-paigc-a-la-presidentielle

L’ex-Premier ministre bissau-guinéen, Domingos Simões Pereira, a été désigné le 23 août par le PAIGC, le parti majoritaire, pour le représenter à l’élection présidentielle qui se tiendra le 24 novembre.

Le comité central du Parti africain pour l’indépendance de la Guinée et du Cap-Vert (PAIGC) a choisi Domingos Simões Pereira comme candidat par 242 voix sur 351, selon les résultats publiés à l’issue de sa réunion à Bissau.

Malgré le bon déroulement des législatives du 10 mars dernier, la Guinée-Bissau tente encore de sortir de la crise qu’elle traverse depuis le limogeage, en août 2015 par le président José Mário Vaz, de Domingos Simões Pereira, chef du PAIGC, qui était jusque-là son Premier ministre.

Le président Vaz a refusé de nommer Domingos Simões Pereira Premier ministre, comme l’exigeait la majorité parlementaire issue du scrutin – 54 sièges sur 102 pour le PAIGC et ses alliés – avant de finalement reconduire en juin le chef du gouvernement de consensus issu d’une médiation régionale en 2018, Aristide Gomes, lui aussi responsable du PAIGC.

Vers une candidature de José Mário Vaz

Deux partis d’opposition au PAIGC, le Mouvement pour l’alternance démocratique (Madem G15), formé par des frondeurs du PAIGC, et le Parti pour la rénovation sociale (PRS), se partagent les 48 sièges restants au Parlement.

Le Madem sera représenté à la présidentielle par l’ex-Premier ministre Umaro Sissoco Embalo. Le PRS n’a pas encore désigné son candidat.

Le président Vaz a décidé de se représenter en candidat indépendant après avoir échoué à obtenir l’investiture du Madem, selon son entourage. Il n’a toutefois pas encore officialisé cette candidature.

L’ancien Premier ministre Carlos Gomes Junior a annoncé le 9 août qu’il se présenterait comme « candidat sans étiquette », sept ans après avoir été renversé par un putsch avant le second tour du scrutin, dont il était largement donné vainqueur.

Un autre prétendant, Nuno Nabiam, candidat malheureux en 2014 face à José Mário Vaz, défendra pour sa part les couleurs d’une petite formation alliée au PAIGC.

Voire la source de l'article