Sunday, March 24, 2019
Home Economie Heurs et malheurs du travail à la demande

Heurs et malheurs du travail à la demande

0
59
Heurs et malheurs du travail à la demande

Viktoria Müller se souvient parfaitement de la joie qu’elle a ressentie quand elle a reçu la réponse de Cos. “C’était comme si j’avais gagné au loto.” Elle aimait le style de l’enseigne de prêt-à-porter et avait déjà été vendeuse en boutique. “Je me disais : qu’est-ce qui pourrait m’arriver de mieux que de gagner quelques sous à côté de mes études tout en y prenant du plaisir ?” 

Quelques mois plus tard, elle en est revenue. La jeune femme d’une vingtaine d’années qui préfère ne pas voir figurer son vrai nom dans le journal se demande si elle ne va pas donner sa démission. Car du plaisir, elle n’en trouve pas, sans compter que ça coince aussi du côté de la fiche de paie. Elle est quasiment obligée de régler sa vie sur les besoins de son employeur, filiale du groupe suédois Hennes & Mauritz (H&M). Elle ne connaît ses horaires qu’une semaine à l’avance. Jusqu’à présent, elle a travaillé tous les samedis, alors que la convention collective générale de la branche stipule qu’elle doit avoir un samedi de libre par mois.

Du coup, ce n’est pas facile de prévoir des trucs avec mes amis. On peut permuter avec des collègues de temps en temps, mais, au final, on est complètement dépendant de l’entreprise et du bon vouloir de son supérieur.” 

Variations de salaire

Viktoria a signé chez Cos un contrat à durée déterminée d’un an, en qualité de vendeuse ou, comme on dit dans le jargon H&M, “sales advisor” [“conseillère en vente”]. Elle est à la caisse ou aide les clients pour l’essayage. D’après les termes de son contrat, elle doit travailler quatre heures par jour et douze heures par semaine. Mais c’est parfois moins, et parfois plus, comme pendant les soldes d’été, où elle peut travailler jusqu’à vingt-cinq heures hebdomaires. “Résultat, pour un employé avec un contrat de dix heures par semaine minimum, le salaire net peut varier de 700 euros selon les mois”, explique Julian Borngräber,

[…]

Michael KläsgenThomas Öchsner
Translate »