Friday, December 14, 2018
Home Technologie La Chine assoit son emprise sur les données scientifiques

La Chine assoit son emprise sur les données scientifiques

0
174
La Chine assoit son emprise sur les données scientifiques

“Peu de scientifiques s’y attendaient : le gouvernement chinois vient de décréter que toutes les données scientifiques produites en Chine devaient être validées par des centres officiels avant d’être reprises dans des publications”, révèle Science. La revue scientifique s’inquiète de l’impact d’une telle mesure sur la recherche internationale, qui est fondée sur le partage de connaissances à travers des publications soumises à relecture par des pairs.

Cette exigence chinoise fait partie d’un large ensemble de règles dévoilées le 2 avril visant à “améliorer la gestion, la sécurité, la précision et l’ouverture des données scientifiques”, précise le site OpenGov Asia, spécialisé dans les technologies de l’information, à destination des gouvernements de la région Asie.

“Dans certains cas, des données précieuses n’ont pas été pleinement exploitées par la recherche chinoise, quand elles n’ont pas fuité à l’étranger”, a justifié Ye Yujiang, directeur du département de recherche fondamentale du ministère des Sciences et de la Technologie, lors d’une conférence le 4 avril, avant d’ajouter :

L’encadrement des données était jusque-là le parent pauvre de la grande stratégie de la Chine pour devenir un poids lourd de l’innovation dans le monde : ces nouvelles dispositions sont donc bienvenues.”

La revue américaine relaie de son côté que ces centres officiels de données – qu’il faut encore mettre en place – “auront de la latitude pour interpréter les règles”. Pour Xie Xuemei, spécialisé dans l’innovation à l’université de Shanghai, cité par Science, ces règles ne devraient pas empêcher les chercheurs en Chine de partager leurs travaux avec des collaborateurs à l’étranger. Pour lui l’impact se fera essentiellement ressentir dans les délais de publication, qui risquent de s’allonger.

Mais pour Nancy Sung, chef du bureau de Pékin de la Fondation nationale [américaine] pour la science (NSF), il y a des raisons de rester vigilant. “La NSF base son financement et sa collaboration internationale sur un principe : la liberté pour les scientifiques de publier toutes les données qu’ils produisent avec des financements américains, quel que soit l’endroit où les données sont collectées”, indique-t-elle à Science.

Nous resterons attentifs à toute atteinte à ce principe de liberté.”

Translate »