Friday, September 21, 2018
Home Technologie La reconnaissance faciale testée par la police britannique fait un tas d’erreurs

La reconnaissance faciale testée par la police britannique fait un tas d’erreurs

0
139
La reconnaissance faciale testée par la police britannique fait un tas d’erreurs

“La technologie de reconnaissance faciale utilisée par la police au Royaume-Uni fait une tonne d’erreurs”, titre le magazine technologique Wired. Plusieurs forces de police locales, en particulier dans le pays de Galles du Sud, ont commencé à tester un système de reconnaissance faciale automatique dans des événements sportifs, des concerts ou des opérations anti-criminalité. Or, des chiffres rendus publics par la police de Galles du Sud – après une demande au nom de la loi sur la liberté d’information – montrent que le système se trompe très souvent.

Ainsi, plus de 2 000 personnes ont été identifiées à tort comme de potentiels délinquants lors de la finale de la Ligue des Champions de football à Cardiff, en 2017, rapporte The Guardian. Sur 2 470 personnes identifiées par le système, 92 % étaient de “faux positifs”.

La police de Galles du Sud défend l’usage de cette technologie, mettant en cause la mauvaise qualité des images dans sa base de données et soulignant que le système était utilisé à Cardiff pour la première fois. Elle affirme que la reconnaissance faciale automatique a conduit à plus de 450 arrestations depuis qu’elle a été mise en place et que personne n’a été arrêté après une fausse identification.

“Dangereusement imprécis”

Toutefois, relève Wired, des experts s’inquiètent du manque de contrôle et de transparence autour de la reconnaissance faciale, et s’interrogent sur sa faible précision. “Ces chiffres montrent que la reconnaissance faciale en temps réel n’est pas seulement une menace pour les libertés civiles, mais un outil dangereusement imprécis pour les forces de l’ordre”, avance Silkie Carlo; directrice de l’organisation de défense des libertés Big Brother Watch.

Le nombre de “faux positifs” était également très élevé lors d’autres événements, indique Wired. Le magazine signale que la reconnaissance faciale automatique, qui en est à ses débuts au Royaume-Uni, est déjà bien plus avancée en Chine.

Pour Martin Evison, un expert de l’université de Northumbria interrogé par Wired, ces taux élevés de “faux positifs” ne sont pas surprenants. Les systèmes de reconnaissance faciale utilisés dans le monde réel sont bien plus approximatifs que dans des conditions plus contrôlées. Et, observe-t-il, “si vous avez une fausse identification, vous faites aussitôt un suspect de quelqu’un qui est parfaitement innocent.”

Gabriel Hassan
Translate »