Le Maroc veut devenir une destination de choix pour les touristes chinois

0
17
le-maroc-veut-devenir-une-destination-de-choix-pour-les-touristes-chinois

Alors que la Royal Air Maroc ouvre en janvier prochain une liaison directe entre Casablanca et Pékin, l’Office national marocain du tourisme s’est associé au voyagiste chinois Ctrip pour promouvoir la destination Maroc.

Le Maroc maintient son objectif d’attirer 20 millions de touristes annuellement, mais n’y arrive toujours pas. Sur les six premiers mois de l’année, et malgré la hausse de 6,6 % par rapport à la même période l’année dernière, ils n’étaient que 5,4 millions à visiter le royaume chérifien.

Pour booster ce chiffre, les autorités marocaines ont décidé de se concentrer sur le marché chinois, premier pourvoyeur de touristes dans le monde avec plus de 150 millions de vacanciers annuellement.

En mai 2016, suite à la visite du roi Mohammed VI à Pékin, il a été décidé de supprimer les visas pour les ressortissants chinois. Une première étape dans le processus de séduction de ces touristes, qui vient d’être complétée par d’autres initiatives concrètes.

Un vol Casablanca-Pékin direct en 13 heures

La Royal Air Maroc (RAM) a confirmé cette semaine la mise en place d’une liaison directe entre l’aéroport Mohammed V de Casablanca et l’aéroport international de Pékin-Daxing à partir du 16 janvier prochain. À bord du dernier B787-9 Dreamliner acquis par la compagnie publique, le vol devrait durer treize heures et transportera plus de 325 passagers à une fréquence de trois liaisons par semaine.

« Royal Air Maroc est fière d’offrir à ses passagers des possibilités de vols directs entre le Maroc et la Chine. Tant attendue, cette nouvelle route aérienne contribuera, à coup sûr, au développement de la destination Maroc auprès du premier marché émetteur mondial de touristes. Elle nous permettra de répondre à un besoin fort exprimé par les opérateurs économiques des deux pays et participera à renforcer davantage les relations commerciales et économiques entre le Maroc et la Chine », explique Abdelhamid Addou, le président-directeur général de la compagnie.

Ctrip s’associe à l’ONMT

En parallèle, et pour d’accroître la visibilité de la destination Maroc en Chine, un partenariat a été signé entre l’Office national marocain du tourisme (ONMT, le marketeur de la destination Maroc) et Ctrip, la plus grande agence chinoise du voyage en ligne, et l’une des plus importantes au monde.

Le président de Ctrip s’est déplacé au Maroc pour rencontrer Adel El Fakir, le directeur général de l’ONMT. Ctrip cumule 300 millions d’utilisateurs actifs pour un chiffre d’affaires de plus de 4 milliards de dollars. « Une opportunité exceptionnelle pour l’ONMT d’approcher les voyageurs chinois », commente-t-on auprès de l’ONMT.

À la suite de cet accord, les deux entités vont pouvoir unir leurs moyens et leurs compétences pour développer le tourisme chinois au Maroc. Ce mémorandum est d’une durée de trois ans et doit permettre au royaume chérifien d’accueillir à terme 500 000 touristes chinois par an.

Des touristes chinois qui dépensent beaucoup

« Ce marché, qui connaît une croissance fulgurante depuis 2016, ouvre, il est vrai, des perspectives de développement hors du commun. Il est donc important pour l’Office de démarcher les plus grands prescripteurs de voyage chinois afin qu’ils nous accompagnent dans notre stratégie », estime Adel El Fakir.

Si en 2018 le Maroc a accueilli 132 000 touristes chinois selon l’ONMT, ils n’étaient que 10 000 trois ans plus tôt. Les touristes chinois représentent désormais 1/5e des dépenses touristiques dans le monde, tant par leurs effectifs que par leur profil volontiers dépensier. Les statistiques de l’ONMT attestent ainsi que 82 % des visiteurs chinois ont opté pour des établissements 4 et 5 étoiles, montrant ainsi leur préférence pour des prestations et des expériences de qualité.