Tuesday, January 22, 2019
Home Culture Photographie. La Lucha, le combat citoyen

Photographie. La Lucha, le combat citoyen

0
44
Photographie. La Lucha, le combat citoyen

“Balayer les médiocres”, c’est le nouveau mot d’ordre de la Lucha (Lutte pour le changement) à l’approche des élections législatives et présidentielle congolaises. Les “médiocres” désignent “les parlementaires jugés peu productifs ou complices […] des violations des droits de l’homme ou de la mauvaise gouvernance”, précise le site d’information congolais Habari.

Lancé en 2012, ce mouvement prodémocratie s’est longtemps battu pour que le président congolais, Joseph Kabila, à la tête du pays depuis 2001 et accusé de s’accrocher à son poste, quitte le pouvoir. Ce sera normalement chose faite après les élections, mais son dauphin désigné, Emmanuel Ramazani Shadary, pourrait lui succéder alors que l’opposition est divisée pour ce scrutin à un tour.

Comme d’autres mouvements citoyens apolitiques en Afrique, à l’image du Balai citoyen au Burkina Faso ou de Y’en a marre au Sénégal, la Lucha “entend poursuivre sa lutte pour la justice sociale et la dignité humaine”, rappelle Habari. Le média cite Bienvenu Matumo, l’un des militants : “Nous allons nous battre pour que les richesses de la RDC soient restituées aux Congolais […]. C’est maintenant ou jamais. Nous appelons le peuple congolais à se réveiller.” Malgré la quantité considérable de minerais dans le sous-sol congolais, le pays, miné par les conflits, est l’un des plus pauvres du monde.

Née dans l’est du pays, la Lucha utilise les réseaux sociaux pour communiquer et se veut pacifiste. Elle organise régulièrement des manifestations et des sit-in pour combattre la corruption et réclamer une meilleure gestion des services publics. Plusieurs de ses militants ont déjà été emprisonnés.

Pour son reportage “Inside Lucha”, de décembre 2016 à mai 2017, Thomas de Wouters s’est rendu plusieurs fois dans l’est de la RDC, là où est né le mouvement.

Translate »