Tuesday, August 14, 2018
Home Culture Promis à la prison pour ses textes, un rappeur espagnol choisit l’exil

Promis à la prison pour ses textes, un rappeur espagnol choisit l’exil

0
71
Promis à la prison pour ses textes, un rappeur espagnol choisit l’exil

“Il devait être le premier musicien emprisonné en Espagne pour ses chansons […], Valtonyc est devenu le premier à fuir la justice à cause des paroles qu’il a écrites”, tance le site Infolibre.

De son vrai nom Josep Miquel Arenas Beltrán, le chanteur de l’île de Majorque, aux Baléares, a été condamné à trois ans et demi de prison ferme pour “apologie du terrorisme” et “insultes graves à la Couronne”. Malgré la mobilisation pour sa défense, il devait aller derrière les barreaux ce jeudi 24 mai, mais “a décidé de fuir l’Espagne pour éviter l’incarcération”, rapporte El País. À l’instar de l’ancien président catalan, Carles Puigdemont, le rappeur aurait opté pour un exil en Belgique, selon le Diario de Mallorca.

“L’Espagne va être ridicule”

Alors que plusieurs rassemblements étaient prévus mercredi dans le pays pour prendre la défense du musicien et plus généralement de la liberté d’expression, Valtonyc prévenait dans un tweet :

Demain, ils vont défoncer ma porte pour me mettre en prison. Pour des chansons. Demain, l’Espagne va être ridicule, encore une fois. Je ne vais pas leur rendre la tâche facile, désobéir est légitime et obligatoire face à cet État fasciste. Personne ne se rendra.”

L’appel à manifester émanait entre autres de la Plateforme de défense de la liberté d’information (PDLI). Citée notamment par Infolibre, l’association “considère qu’une société démocratique ne peut rester les bras croisés face à cette attaque contre un droit essentiel tel que la liberté d’expression”.

“Tuez un putain de garde civil”

Dans certains de ses textes, Valtonyc chante : “Putain de police, putain de monarchie”, ou “Bourgeois, ni toi, connard, ni personne ne me fera changer d’opinion : il faut fusiller le Bourbon [le roi]”.

Dans d’autres phrases, il évoque le groupe terroriste d’extrême gauche Grapo (depuis longtemps disparu), qui fut l’équivalent espagnol de la Fraction armée rouge en Allemagne ou d’Action directe en France : “Une balle dans la tête de ton chef est justifiée / Ou il reste à espérer qu’il soit enlevé par [un membre du] Grapo.”

Il y a quelques jours, dans une vidéo, le rappeur a lancé à ses fans des propos repris notamment par El Periódico de Catalunya : “Tuez un putain de garde civil [et] mettez une putain de bombe à un procureur pour une putain de fois.”

“La PDLI estime que la condamnation de Valtonyc est contraire aux principes internationaux sur la liberté d’expression […] et contredit la jurisprudence de la Cour européenne des droits de l’homme”, rapporte encore Infolibre.

Translate »