Saturday, October 20, 2018
Home Economie Salaires : en Pologne, il vaut mieux être caissier que professeur

Salaires : en Pologne, il vaut mieux être caissier que professeur

0
122
Salaires : en Pologne, il vaut mieux être caissier que professeur

“Salaires : l’Europe nous échappe”, alerte l’hebdomadaire polonais Tygodnik Solidarność, organe de presse de l’une des grandes centrales syndicales du pays. “Durant bientôt vingt-neuf ans [au moment de la fin du communisme], le rêve des Polonais était d’atteindre un niveau de rémunération comparable aux salaires européens. Il avait semblé que l’adhésion à l’Union européenne en 2004 accélérerait ce processus de rattrapage, et qu’il ne s’agirait alors plus que d’une question de temps”, écrit le rédacteur en chef du magazine.

Le grand dossier consacré à ce sujet révèle que la Pologne reste “l’atelier de l’Europe”. C’est pourquoi “les Polonais sont mal payés alors qu’ils travaillent dur et de manière productive”. Une étude publiée en 2017 par l’Institut syndical européen remet même en question la convergence des salaires entre l’est et l’ouest du continent : “Entre 2008 et 2015, l’écart de rémunération entre Allemands et Polonais s’est accru de 4 %.”

Le second problème touche la structure des salaires dans le pays. En dépit d’un taux de chômage historiquement bas (4,4 %) et d’une hausse rapide du salaire moyen (de 7,3 % l’an dernier, à 1 100 euros bruts), “le salaire le plus commun est de 360 euros net par mois”. De plus, les caissières de Lidl sont désormais mieux payées que les policiers ou les jeunes enseignants-chercheurs. “Ce modèle de croissance introduit en 1989 et dont la compétitivité repose sur les bas salaires est devenu un frein à l’innovation tout en poussant à l’émigration”, conclut le magazine.

Translate »