Six trafiquants de migrants sanctionnés par l’ONU

0
15
Six trafiquants de migrants sanctionnés par l’ONU
Copyright de l’image ALESSIO PADUANO

Les sanctions de l’ONU contre des passeurs de migrants en Libye sont une première mondiale.

Le Conseil de sécurité de l’ONU a imposé des sanctions à six dirigeants de réseaux de traite des êtres humains opérant en Libye.

C’est la première fois que des trafiquants figurent sur une liste de sanctions internationales.

Des trafiquants ont profité de l’insécurité en Libye pour organiser le passage de centaines de milliers de migrants vers l’Europe via la Méditerranée.

A lire aussi : Des corps de migrants repêchés au large de la Tunisie

A lire aussi : L’Algérie abandonne des migrants dans le désert

Ermias Ghermay figure parmi les six hommes sanctionnés. Les Nations Unies indiquent “qu’il est l’un des plus importants acteurs subsahariens impliqués dans le trafic illicite de migrants en Libye”.

Les cinq autres sont Fitiwi Abdelrazak d’Erythrée ; Ahmad Oumar al-Dabbashi, chef de la milice libyenne ; Musab libyen Abu-Qarin ; Mohammed Kachlaf libyen, chef de la brigade Shuhada al Nasr à Zawiya, dans l’ouest de la Libye, et Abd al Rahman al-Milad, garde-côte libyen régional.

De nombreux migrants sont aujourd’hui piégés dans des centres de détention et battus par des trafiquants.

Les sanctions – une interdiction totale de voyager et un gel des avoirs – sont le résultat d’une proposition néerlandaise soutenue par la communauté internationale.

La proposition a été initialement présentée le 1er mai mais retardée par la Russie, qui a cherché à examiner les preuves présentées contre les six hommes.

A lire aussi : 9000 Ivoiriens arrivés en Italie en 2017

A lire aussi : Les migrants africains aux USA “plus instruits” que ceux du Royaume-Uni

Les sanctions sans précédent font suite à l’indignation généralisée à la fin de 2017 après que CNN a diffusé des images montrant une vente aux enchères de migrants en tant qu’esclaves en Libye.

“L’automne dernier, des images de migrants vendus comme des esclaves en Libye ont choqué notre conscience, et le Conseil de sécurité s’est engagé à agir”, a déclaré l’envoyé américain à l’ONU, Nikki Haley.

“Les sanctions annoncées aujourd’hui indiquent clairement que la communauté internationale est unie pour demander des comptes aux auteurs de trafic d’êtres humains, car il n’y a pas de place dans le monde pour de telles violations des droits humains et de la dignité humaine” a-t-elle ajouté.

A lire aussi : Israël suspend l’accord sur les migrants africains

La Libye est un passage privilégié pour les migrants africains cherchant à passer en Europe. Le pays est tombé dans l’anarchie à la suite du renversement de Mouammar Kadhafi.

L’Union africaine a déclaré qu’en décembre, il y avait entre 400.000 et 700.000 migrants dans plus de 40 camps de détention en Libye, dont beaucoup dans des conditions inhumaines.

L’Organisation internationale des migrations a enregistré plus de 3.100 morts parmi les migrants qui tentaient de traverser la Méditerranée depuis la Libye l’année dernière.