Société générale Maroc lance un plan d’investissement de 700 millions de dirhams

0
101
Société générale Maroc lance un plan d’investissement de 700 millions de dirhams

En ce début d’année, la filiale marocaine du groupe français Société générale vient de tracer une nouvelle feuille de route qui couvre les quatre prochains exercices. Objectif : augmenter de 60 % le bénéfice net pour atteindre 1,5 milliard de dirhams.

Ahmed El Yagoubi, le président du directoire arrivé il y a presque une année, a travaillé sur la nouvelle feuille de route de la Société générale Maroc, baptisée « Avenir 2019-2022 ». La 4e banque du royaume espère grâce à cette nouvelle politique réaliser une progression annuelle de 7 % de ses revenus. L’ensemble de cette stratégie sera pilotée par le directoire qui est composé d’Ahmed El Yacoubi et de trois directeurs généraux : Asmae Hajjami, Mohamed Tahiri et François Marchal.

Selon les chiffres avancés par ses dirigeants, le PNB de la banque devrait à terme atteindre 6 milliards de dirhams pour un bénéfice net d’environ 1,5 milliard de dirhams (137 millions d’euros), soit une progression de 60 % par rapport à ce qui est enregistré en ce moment. Un objectif assez audacieux de la part d’une banque en activité depuis 1913.

Une direction dédiée aux activités en Afrique

Cette valeur ajoutée viendra, en autres, du continent où le groupe est très présent. « Le Maroc représente aujourd’hui 30 % du total de bilan de Société générale en Afrique… Nous avons l’ambition d’accompagner nos clients partout, et notamment en Afrique, en étant la locomotive du groupe sur le continent », explique Ahmed El Yacoubi. Une direction spécialement dédiée aux activités en Afrique a été mise en place pour assurer le financement des projets au-delà des frontières marocaines.


>>> À LIRE : Alexandre Maymat, Société générale : « Nous restons la seule banque internationale avec une ambition africaine forte »


Pour réussir cette transformation et atteindre les objectifs, un plan d’investissement d’environ 700 millions de dirhams a été lancé, dont une partie sera dédiée à l’innovation et aux nouvelles technologies, domaines dans lesquels la Société générale Maroc a cumulé plusieurs mois de retard sur ses concurrents. À l’image de plusieurs groupes financiers marocains, la banque a mis en place une Digital Factory qui définira, selon Ahmed El Yacoubi la « Banque du futur ». Cette équipe d’informaticiens a pour mission de créer, tester et valider les nouveautés qui seront proposés aux clients.

L’introduction en bourse… « Pas au programme » d’Ahmed El Yacoubi

Le directoire espère, en effet, façonner et lancer une nouvelle gamme de produits qui collent à la réalité du marché et qui pourra séduire une large clientèle. La banque veut s’ouvrir à des métiers et des spécialités qu’elle n’a jamais couverts, et vise notamment le segment des énergies renouvelables et de la finance verte. « Nous avons également lancé un produit de financement spécialement dédié aux projets d’infrastructure », a ajouté le président du directoire de la banque, annonçant l’ambition de Société générale Maroc de distribuer 20 milliards de dirhams de crédits supplémentaires d’ici 2022, partagés entre les différents segments.

Ahmed El Yacoubi a également insisté sur la nécessité de « davantage d’agilité » dans la prise de décision pour raccourcir les délais. Une organisation décentralisée sera déployée, petit à petit, et des directions régionales seront créées dans la foulée pour permettre une meilleure couverture du territoire et une plus grande proximité avec la clientèle, a-t-il expliqué.

Cette nouvelle politique n’inclut pas une introduction en bourse de la banque. « Cette option est habituellement utilisée quand il y a un besoin en capitaux, ce qui n’est pas notre cas. Nous n’avons aucun problème de financement pour honorer nos engagements d’investissement. Par ailleurs, nos actionnaires nous font confiance depuis le début. Il n’y a donc aucune urgence à envisager une introduction en Bourse », a déclaré le président du directoire.