Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
Wednesday, August 21, 2019
Home Technologie Technologie. Le “10 Years Challenge”, un test géant d’algorithme pour Facebook ?

Technologie. Le “10 Years Challenge”, un test géant d’algorithme pour Facebook ?

0
327
Technologie. Le “10 Years Challenge”, un test géant d’algorithme pour Facebook ?

Ces comparaisons fleurissent sur Facebook, Instagram et Twitter : le #10YearsChallenge invite les internautes à poster deux photos d’eux, une datant d’il y a 10 ans et une autre contemporaine. “Juste une tendance inoffensive, n’est ce pas ?”, fait mine de demander une journaliste dans le magazine américain Wired.

Car Kate O’Neill soupçonne la firme de Mark Zuckerberg d’utiliser ce phénomène pour développer d’autres ambitions : “Imaginez que vous vouliez entraîner un algorithme de reconnaissance faciale basé sur des caractéristiques liées à l’âge (par exemple, pour savoir à quoi vont ressembler les gens en vieillissant). Idéalement, vous auriez besoin une base de données à la fois vaste et précise de photos de personnes. Cela serait d’une grande aide de savoir l’écart exact séparant les deux photos. Disons, 10 ans.”

Selon la journaliste, grâce à cette mode en ligne, “il existe à présent une énorme base de données de photos soigneusement sélectionnées d’êtres humains à dix ans d’écart”. De plus, souligne Kate O’Neill, les internautes ont, de manière générale, ajouté du contexte et des informations précieuses pour les algorithmes de Facebook : “2008 à l’Université bidule, photo prise par Joe ; 2018 en train de visiter telle nouvelle ville pour le Nouvel an à tel ou tel événement.”

“Souvenez-vous de Cambridge Analytica”

Si elle n’apporte pas de preuve concrète de “manipulation sociale” par le réseau social, Kate O’Neill écrit : “Nous avons vu tellement d’exemples de jeux en ligne et de phénomènes viraux utilisés dans le but d’extraire et collecter des données ces dernières années. Souvenez-vous juste de l’extraction en masse de données de 70 millions d’utilisateurs américains de Facebook utilisées par Cambridge Analytica.”

Les entreprises en ligne ont les moyens de réaliser ce genre d’extraction, c’est un fait. Mais la question “reste de savoir si c’est une mauvaise chose d’utiliser des photos Facebook pour entraîner un algorithme”, poursuit la journaliste. Avant de répondre : “Pas nécessairement car, dans un sens, c’est inévitable.”

Reste que l’internaute a de nombreuses leçons à tirer des épisodes passés et de ce genre de mode en ligne. “Nous devons réfléchir à nos interactions avec les nouvelles technologies en ayant en tête les données que l’on produit et la manière dont elles peuvent être utilisées”, souligne Kate O’Neill dans Wired :

Les êtres humains sont la plus importante source de données pour toute la technologie qui se développe dans le monde. Nous devons en avoir conscience, et agir avec prudence et intelligence.”

Translate »