Télécoms : le groupe sud-africain MTN renoue avec des résultats positifs en 2017

0
143
Télécoms : le groupe sud-africain MTN renoue avec des résultats positifs en 2017

L’opérateur mobile sud-africain MTN a renoué avec des résultats positifs en 2017, après une année 2016 difficile. Le groupe annonce qu’il pourrait se séparer de certaines de ses filiales dans les marchés où le cadre réglementaire n’est pas favorable ou marqué par des conflits.

Une bonne année pour MTN. L’opérateur mobile sud-africain a publié le 8 mars dernier son rapport annuel, après une année 2016 difficile, plombée par l’amende record de 1,7 milliard de dollars infligée par le régulateur nigérian. Même si les résultats continuent de pâtir de cette pénalité, ceux-ci sont de nouveau positifs.

En monnaie constante, le chiffre d’affaires a ainsi augmenté de 7,2 % en 2017, pour atteindre 124 409 millions de rands (8,5 milliards d’euros), tiré par une croissance des ventes de 11,2 % au Nigeria et de 3,9 % en Afrique du Sud. MTN Ouganda, MTN Ghana et MTN Côte d’Ivoire ont également contribué positivement à la croissance du groupe.

« MTN Cameroun a connu une année difficile, affectée négativement par l’arrêt du réseau dans certaines parties du pays au premier trimestre, ainsi que des problèmes réglementaires et opérationnels », note le rapport.

L’amélioration du chiffre d’affaires est notamment attribuable à une forte croissance des revenus digitaux et des données, et soutenu par des recettes stables provenant des services téléphoniques. Le chiffre d’affaires tiré des données a ainsi augmenté de 34,2 %, tandis que les revenus digitaux ont connu une croissance de 14,2 %, grâce au renforcement des services financiers mobiles. Le groupe MTN a recruté 5,7 millions de clients actifs de monnaie mobile au cours de l’année. Le chiffre d’affaires des services téléphoniques a été stable, en hausse de 0,1 % en 2017.

Amélioration des résultats financiers du groupe

L’excédent brut d’exploitation (Ebitda) a atteint 34 %, en baisse de 1,4 point par rapport à 2016, toujours en monnaie constante. Il a atteint 38,9 % au Nigeria, chutant de 7,5 points principalement en raison de la dépréciation du naira vis-à-vis du dollar. La marge Ebitda s’est en revanche améliorée de 2 points en Afrique du Sud, pour atteindre 34,6 %, et de 4,9 points en Ouganda, pour s’établir à 34,5 %. La marge en Côte d’Ivoire est restée stable, tandis qu’elle a chuté au Cameroun, suite à un ralentissement de la croissance des revenus.

Au total, le bénéfice par action ordinaire a atteint 182 cents de rand en 2017, contre une perte de 77 cents en 2016, principalement en raison de l’amende au Nigeria. Parmi les éléments qui ont pesé sur le bénéfice par action cette année figurent l’amende nigériane (46 cents), des ajustements liés à l’hyperinflation (96 cents), des pertes de change (159 cents), une dépense liée à MTN Zakhele Futhi (24 cents), et la décomptabilisation d’un prêt à une filiale d’IHS Towers.


>>> A LIRE – Côte d’Ivoire : MTN, Orange et Moov sanctionnés par de lourdes amendes


« Au cours des prochaines années, nous prévoyons d’offrir une croissance des revenus, en monnaie constante, supérieure à un chiffre pour le groupe, tirée par une croissance à un chiffre en Afrique du Sud et une croissance à deux chiffres au Nigeria », indique MTN.

MTN envisage des cessions de filiales dans les pays difficiles

Pour l’année à venir, MTN prévoit d’introduire en bourse ses filiales au Nigeria et au Ghana, et procéder à un réajustement de son portefeuille, ce qui pourrait conduire à la cession de filiales dans les pays où l’environnement réglementaire n’est pas favorable, ainsi que dans les marchés marqués par des conflits, tels que la Syrie ou le Soudan du Sud.


>>> A LIRE – Monnaie mobile : forte croissance des transactions en Afrique de l’Ouest et centrale en 2017


Au Cameroun, le groupe MTN a annoncé avoir été sanctionné le 24 octobre 2017, à hauteur de 6,6 millions de dollars, pour ne pas avoir respecté les règles en vigueur en matière d’identification des abonnés. Les autorités camerounaises ont également raccourci d’un an la licence mobile du groupe, qui va jusqu’à 2030.

Au Bénin, le groupe a rendu public le 9 novembre 2017 un différend avec les autorités béninoises, qui réclament plus de 213 millions de dollars au titre de la licence mobile, pour la période de mars 2016 à décembre 2017. MTN conteste la méthode de calcul employée par le Bénin pour estimer la valeur de la licence. Les autorités avaient toutefois expulsé du territoire le directeur général du groupe.