Tuesday, August 14, 2018
Home A la Une Tunisie. L’immigration clandestine, ultime cri de désespoir

Tunisie. L’immigration clandestine, ultime cri de désespoir

0
53
Tunisie. L’immigration clandestine, ultime cri de désespoir

Plus de 60 corps ont été repêchés au large de Kerkennah, après le naufrage [dans la nuit du 2 au 3 juin] d’un chalutier à bord duquel auraient embarqué près de 200 personnes cherchant à rejoindre les côtes italiennes [le bilan des victimes est provisoire, on compte 68 rescapés]. L’événement marquant de la semaine en Tunisie est des plus tragiques, et pourtant c’est avec une amertume sourde qu’il a été accueilli. Un État qui peine à contenter les plus défavorisés et une société incapable de contenir ses maillons les plus faibles ne peuvent vivre que dans un mélange de défaitisme et d’impuissance face à de pareils drames humains.

L’immigration clandestine des Tunisiens a connu une hausse après la révolution [janvier 2011], une courbe basse ensuite et atteint, actuellement, un taux des plus élevés. Son mouvement suit le rythme d’une vie politique ayant oscillé entre désordre postrévolutionnaire et stabilité certes transitoire mais porteuse d’espoir. L’état actuel d’insatisfaction ne laisse transparaître, quant à lui, que flou et incertitude. Les difficultés économiques du pays et leurs répercussions sur le quotidien des Tunisiens ont, en effet, fini par achever le rêve du lendemain meilleur, engendré par le grand changement politique qu’a connu le pays après le départ de Ben Ali [l’ancien dictateur qui a fui le pays le 14 janvier 2011].

Faire du changement une réalité

La Tunisie, exemple démocratique pour la région, se place désormais en deuxième position après l’Érythrée, en matière de flux de clandestins arrivant en Italie. C’est dire l’état de désolation sociale, la misère économique et la détresse psychologique que peuvent atteindre certains jeunes pour traverser la mer au risque de leur vie.

Ces mêmes jeunes ont réclamé la dignité dans des slogans lancés, depuis sept ans. Ils ont réclamé du travail, une amélioration de leurs conditions de vie, l’espoir d’un avenir national et d’une société les incluant au lieu de les mettre en marge. Ils ont réclamé le désenclavement de leurs villes pas très reculées pourtant dans cette Tunisie, qui ne fait que 280 kilomètres de large. Ils ont réclamé l’inclusion, pourtant possible à plus d’un niveau : politique, culturel, entrepreneurial. Ils ont réclamé une oreille pour les écouter et une volonté pour faire du changement une réalité et non une promesse électorale.

Les conflits sociaux, véritables bras de fer pour l’État

Nombreux sont aujourd’hui les Tunisiens qui pensent que le choix de l’immigration est le choix de facilité pour celui qui n’a pas exploré toutes les pistes dans son pays, que celui qui veut travailler le peut, qu’il faut se contenter de peu au lieu de courir derrière l’espoir du gain facile, que, quand on aime son pays, on y reste pour le construire. Mais, vraisemblablement, le sentiment d’appartenance ne s’improvise pas, il se nourrit, de jour en jour, de faits anodins pour certains, très significatifs pour d’autres : d’un système social prenant en charge les plus faibles, d’une inclusion réfléchie pour mettre en place la citoyenneté active, d’une présence de l’État sous toutes ses formes de représentativité, dans toutes les villes, sans exception ni distinction.

À Kerkennah, à 20 kilomètres de Sfax, la République a choisi de se défiler. Le vide a été comblé par l’extrémisme, et la marginalisation y a eu comme réponse la défiance. Les conflits sociaux qui y ont eu lieu ont été de véritables bras de fer pour l’État. Les conflits avec les forces de l’ordre y ont été si éprouvants que ceux-ci ont fini par se dérober. L’archipel [théâtre d’un conflit qui dure depuis près de cinq ans, opposant l’État et Petrofac, une compagnie pétrolière de droit britannique, à la population qui réclame des retombées sociales de l’exploitation de ses ressources en hydrocarbures] en est devenu une passerelle pour les clandestins, au vu et au su de tous [la pêche, autre ressource de l’île, est en perte de vitesse, ce qui pousse certains pêcheurs à vendre leurs bateaux aux passeurs].

Prêts à mourir pour vivre !

Quoi de plus encourageant, quand chez soi tout décourage ? L’on sait pourtant, désormais, que les conditions de vie, une fois que l’on est arrivé en Italie, ne sont pas des meilleures et que le paradis européen rêvé n’est souvent que le début du calvaire. L’on sait la douleur de ceux qui restent et le risque encouru. L’on sait qu’il va falloir souffrir pour survivre, faire des concessions, faire preuve de renoncement, galérer pour y arriver et s’accrocher pour nourrir enfin les rêves de toute une famille par des centaines d’euros envoyées mensuellement pour signifier aux siens que l’on a réussi.

Le risque de mourir dans ces traversées périlleuses est un risque connu de tous, car les exemples tragiques ne manquent pas. Pour ces désespérés, “jouer le tout pour le tout” est la devise. Le rêve italien est vécu, par eux, comme les jeux de chance : la réussite de l’Autre, même si on la sait fruit du hasard, stimulant l’envie de tenter soi-même. Et ils sont nombreux à préférer le mirage d’une vie décente dans un pays d’accueil repoussant, à la vie indécente dans une patrie perçue comme une mauvaise mère.

“La Méditerranée engloutit ses enfants”, de ce constat on a fait une image poétiquement dramatique. Elle ne l’est pourtant que trivialement. Prêts à mourir pour vivre ! N’est-ce pas l’aberration des temps modernes ?

Inès Oueslati
Lire l’article original
Translate »