Un bras droit de Pablo Escobar divise un village

0
186
Un bras droit de Pablo Escobar divise un village
Copyright de l’image RAUL ARBOLEDA

Le village de Carboneras en Espagne est divisé par une vidéo de Popeye, l’ancien tueur de Pablo Escobar.

Carboneras a certainement besoin de publicité pour attirer du monde comme toutes les villes d’Espagne, un pays touristique.

Cependant, la publicité que lui a faite “Popeye”, l’ancien tueur à la solde du baron de la drogue colombien Pablo Escobar n’est pas du goût de tous les habitants du village.

Pourtant, Jhon Jairo Velásquez alias “Popeye” ne dit que du bien de ce village du sud de l’Espagne.

Mondial-2018: l’Espagne favorite

Espagne : un passager s’installe sur l’aile d’un avion

“Popeye” fait l’éloge de Carboneras comme “un village de fête, un village de plages magnifiques et un village d’exquise gastronomie”.

Il ajoute que “les meilleures gambas de toute l’Espagne et de toute l’Europe sont celles d’Almeria”, la province andalouse où se situe le village proche du parc naturel de Cabo de Gata.

Très actif sur les réseaux sociaux, “Popeye” est suivi par plus de 668.000 personnes sur YouTube.

Dans un entretien avec l’AFP en décembre 2015, “Popeye” disait avoir tué de ses propres mains “au moins 250 personnes, peut-être 300” et commandité quelque 3.000 autres meurtres.

Espagne : Carles Puigdemont arrêté en Allemagne

Espagne : un homme arrêté après une fusillade

Selon son avocat espagnol, José García Bergillos, “Popeye” a demandé de “faire une vidéo pour Pascual” afin de “localiser Carboneras sur la carte du monde”.

Depuis la mort de Pablo Escobar, son histoire et celle de ses proches font vivre l’industrie du tourisme en Colombie.

Les propriétés du baron de la drogue, les chambres d’hôtel où il a séjourné, les restaurants où il a déjeuné font partie d’un circuit touristique qui lui est dédié.

“J’ai quitté l’Egypte à cause de mes cheveux”

Invoquant la “mauvaise image” suscitée par une telle promotion, les socialistes ont réclamé la démission du conseiller, membre du Parti populaire (PP, conservateur) du chef de gouvernement espagnol Mariano Rajoy.

Le conseiller a finalement supprimé les vidéos sur Facebook et publié mardi soir un post présentant ses “excuses pour les répercussions” qu’elles ont eues.