Vaincre les mariages précoces par le football

0
65
Vaincre les mariages précoces par le football
Copyright de l’image FATUMA ABDULKADIR ADAN

Fatuma Abdulkadir Adan est une femme qui lutte contre le mariage des petites filles et les VBG grâce football.

“Cela aurait été une option plus facile de rester à Nairobi, de pratiquer le droit et de gagner un peu d’argent…de conduire une Mercedes-Benz cool ! Mais je voulais juste rentrer à la maison.”

C’était la vie que Fatuma Abdulkadir Adan aurait pu vivre dans la capitale du Kenya. Au lieu de cela, elle a choisi de se concentrer sur le football – dans une région du pays où il était tabou pour les filles de pratiquer ce sport.

A lire aussi : Formés pour dire non au viol

A lire aussi : Le Mondial 2018 ouvre l’ère des femmes commentatrices

“J’ai été physiquement défoncée et littéralement expulsée du terrain”, a-t-elle déclaré à propos de ses premiers efforts, il y a 10 ans, lorsqu’elle a créé une équipe de filles dans le comté de Marsabit, au nord du Kenya.

Peu après leur retour de leur premier tournoi, huit des douze filles de son équipe ont été enlevées et mariées de force. C’était un départ manqué qui fait forcément réfléchir.

Copyright de l’image FATUMA ABDULKADIR ADAN

Fatuma a fondé l’Initiative de développement de la Corne de l’Afrique ou Hodi, en 2003.

Elle voulait utiliser le football comme moyen de rassemblement et créer un changement dans les mentalités et les acquis culturels.

A lire aussi : Le mari d’une femme battue condamné

A lire aussi : Voici ce qu’il faut pour plaire aux femmes

Elle a utilisé le football pour apaiser le cœur des jeunes hommes de la communauté après un massacre en 2005 entre plusieurs tribus, qui a fait 100 morts.

“C’était un AK-47 en échange d’une place dans l’équipe de football”, dit-elle.

Après cette offre, les jeunes hommes n’ont pas seulement abandonné leurs armes, mais ils ont aussi commencé à jouer avec des hommes de tribus qu’ils étaient censés détester.

Proche des problèmes des filles

Copyright de l’image FATUMA ABDULKADIR ADAN

Lorsque Fatuma s’est tournée vers les filles, elle a voulu aborder leurs problèmes spécifiques, notamment le mariage précoce des enfants et la pratique des mutilations génitales féminines (MGF).

Son approche, intitulée Breaking the Silence, a permis à 1.645 filles de 152 villages de la région de Marsabit au Kenya de jouer au football au cours des 10 dernières années.

A lire aussi : Diaryatou Bah: “l’excision est un cri que l’on n’oublie jamais”

Donner aux enfants les moyens de se défendre en les rendant plus confiants et compétents sur le terrain de football a été une grande partie de sa mission, en particulier dans une région où les structures familiales et tribales traditionnelles empêchent souvent les femmes et les enfants d’être entendu.

“Avant c’était une bonne chose pour une fille de 13 ou 12 ans de se marier”, explique Fatuma. “Aujourd’hui, si vous épousez une fille de 13 ans, les filles de la classe vont se plaindre, tout comme les garçons.”

A lire aussi : Le visage moderne de ‘l’avortement à la carte’

Hodi organise également des séances de sensibilisation sur les deux problèmes entre les matches des tournois et, en éduquant les filles, Hodi éduque souvent leurs parents.

Copyright de l’image FATUMA ABDULKADIR ADAN

Si les MGF et le mariage des enfants sont illégaux au Kenya, les cultures locales sont fortes et les traditions persistent. Fatuma a dû travailler dur pour s’opposer à ces cultures et travailler avec les jeunes filles. Son approche locale porte ses fruits.

A lire aussi : Femmes parlementaires “chauffeurs de bancs” au Zimbabwe

Après avoir consulté des imams sur la façon de mettre sur pied une équipe de football assez modeste pour beaucoup de filles musulmanes qui veulent jouer, elle dirige maintenant une équipe de filles dans une madrassa, une école islamique.

“Je ne crois toujours pas que je suis en vie pour voir cela se produire.”

Une fille à la fois

Bien que les chiffres de Hodi soient impressionnants, cela montre que le travail de Fatuma a un impact important dans la vie des filles, ce qui illustre bien comment son approche novatrice transforme leurs vies.

A lire aussi : Les femmes médecins ”meilleures pour les patientes cardiaques”

A lire aussi : Bénin : les femmes protestent

Fatuma Gufu, 14 ans, est la vice-présidente de son école. Elle a été élevée par une mère célibataire dans une famille pauvre où elle est la seule fille. Elle dit que “le football a changé sa vie”.

“J’étais si timide au début, mais après un certain temps, le football m’a changé. Pendant plusieurs années, les parents ne soutenaient pas les filles qui jouaient au football mais à l’avenir, quand je serais mère, je veux aider les filles à jouer au football.”