Friday, September 21, 2018
Home Culture Vu du Royaume-Uni. Le retour impressionnant de la France sur la carte...

Vu du Royaume-Uni. Le retour impressionnant de la France sur la carte du monde de l’art

0
13
Vu du Royaume-Uni. Le retour impressionnant de la France sur la carte du monde de l’art

Pour l’instant, les chiffres ne sont pas convaincants, reconnaît le Financial Times. En 2017, le Royaume-Uni a concentré 20 % des ventes du marché mondial de l’art, contre 7 % pour la France, sur la deuxième marche du podium. Et pourtant, une question est plus que jamais d’actualité dans le monde de l’art, selon le quotidien britannique : “Paris serait-elle en train de remplacer Londres en tant que cœur du marché de l’art européen ?”

D’après le FT, “le Brexit et ses incertitudes, additionnés à un président féru de culture à la tête de la France, sont autant d’éléments qui font que les acteurs du marché considèrent de plus en plus cette possibilité, auparavant considérée comme complètement farfelue”.

Le tournant de Christie’s

Pour le quotidien économique, un événement signe ce retour en grâce de la capitale française sur le marché de l’art : la vente aux enchères, organisée par Christie’s, de tableaux ayant appartenu à Barney A. Ebsworth. “Pour la première fois, Christie’s a mis aux enchères une collection valant plus de 300 millions de dollars non pas à New York, Londres ou Hong Kong comme habituellement, mais à Paris”, souligne le journal britannique.

Cette vente aux enchères correspond d’ailleurs au début de la Biennale de Paris, ce 8 septembre, “qui lance l’automne du marché de l’art”, estime le FT :

La décision de Christie’s de commencer une tournée mondiale dans la capitale française montre à quel point Paris est de retour sur la carte du monde de l’art.”

Le quotidien britannique juge que la politique et l’attitude d’Emmanuel Macron ont joué leur part dans cette perception du monde de l’art. “Peut-être a-t-il vécu un été politique difficile, mais l’effet positif d’Emmanuel Macron sur le milieu artistique a été constant depuis son arrivée au pouvoir en mai 2017”, avance le Financial Times. Le journal cite comme exemples de sa politique culturelle la nouvelle version de Marianne réalisée par la street artiste Yseult Digan, alias YZ, ou encore la création de la saison culturelle Afrique 2020.

“Ce n’est pas uniquement une question de soft power, écrit le journal. La politique pro-business de Macron a réduit les impôts des plus riches. S’ils ne visaient pas directement les œuvres d’art, ces impôts avaient contribué à un exode de ces personnes fortunées, sapant le marché de l’art français.” La fin de l’impôt sur la fortune notamment, remplacé par un impôt sur la fortune immobilière, aurait revigoré le marché de l’art, selon le FT.

Les connaisseurs du marché interrogés par la publication estiment toutefois que la force de la France “se situe dans les marchés de niche, comme les arts tribaux, la photographie ou le street art”. Les énormes contrats du monde de l’art contemporain restent encore inaccessibles pour Paris, pointe le journal britannique : “L’impressionnisme est peut-être né en France, mais ses principaux acheteurs se trouvent depuis bien longtemps de l’autre côté de l’Atlantique.”

 

Translate »