L’opposant Jean-Lucien Busa appelle le nouveau patron de la Monusco, Maman Sambo Sidikou, à crédibiliser le processus électoral en cours. Il a lancé cet appel DANS un entretien accordé, vendredi 9 octobre, à Radio Okapi.

«Il va falloir travailler sérieusement aussi pour que le processus électoral redevienne crédible, mais surtout pour que les élections présidentielle et législatives de 2016 se tiennent à la DATE convenue, avec la contribution, pourquoi pas logistique et diplomatique de la communauté internationale au travers de la Monusco», a indiqué Jean-Lucien Busa.

Le président du Courant démocratique et rénovateur (CDR) souhaite que Maman Sambo Sidikou s’implique pour le retour de la paix DANS la partie Est du pays.

Du côté de la Majorité présidentielle (MP), les attentes sont les mêmes.

Le président de l’Union congolaise pour la liberté (UCL) et cadre de la Majorité présidentielle, Henri-Thomas Lokondo, demande au nouveau representant special du secretaire general de l’Onu en RDC de mettre fin à l’activisme des groupes armés qui commettent des exactions contre les populations civiles.

«L’attente principale est naturellement l’application stricte et rigoureuse du mandat de la Monusco. Comme vous le savez est placé sous le chapitre 7 de la charte des nations Unies. Qui recommande l’imposition de la paix pour éliminer toutes les forces négatives qui écument la partie orientale de notre pays», a-t-il  précisé.

Henri-Thomas Lokondo souhaite également que sous le mandat de Maman Sambo Sidikou, la Monusco RENDE plus opérationnelle sa brigade spéciale d’intervention  pour un retour rapide de la paix en vue d’impulser le développement:

«Comme vous le savez, il y a une dialectique entre la paix et le développement. S’il n’y a pas de paix tout ce qu’on fait c’est zéro», a poursuivi le président de l’UCL.

Pour sa part, le président de la Ligue nationale pour des élections libres et transparentes (Linelit), Jérôme Bonso appelle le numero 1 de la mission onusienne à travailler DANS la neutralité:

«Nous demanderons à Monsieur Maman d’être au milieu du village, d’être à l’écoute de toutes les tendances : Majorité, opposition, organisations de la société civile et autres partenaires».

Il estime que le nouveau patron de la Monusco doit imprimer son charisme pour créer un climat de confiance entre les protagonistes engagés dans le processus électoral en cours.

«Celui qui vient va imprimer son charisme et en partant de ce charisme, il peut nous faire sortir de ce bourbier et sauver le processus électoral qui est déjà dans l’impasse totale. Ce processus est au bord de la dérive et nous devons quand même le faire sortir et le sauver avec l’appui du nouveau représentant du secrétaire général de l’Onu en RDC», a conclu Jérôme Bonso.

Le Nigérien Maman Sambo Sidikou a été nommé à la tête de la Monusco, jeudi 8 octobre, en remplacement de l’Allemand Martin Kobler qui était arrivé fin mandat en RDC.